Programm
Service
Über den Verlag


Véronique Porra
Langue française, langue d'adoption
Une littérature « invitée » entre création, stratégies et contraintes (1946-2000).

2011, 309 S.
Reihe: Passagen - Passages, 12
ISBN: 978-3-487-14539-6
Lieferbar!

39,80 EUR
(Preis inkl. Umsatzsteuer zzgl. Versandkosten)
Lieferzeit beträgt innerhalb Deutschlands bis zu 7 Arbeitstage / außerhalb Deutschlands bis zu 14 Arbeitstage


 

Beschreibung
Fachgebiete

"Véronique Porra a non seulement identifié un objet spécifique, mais elle l'a également doté d'une véritable identité textuelle. En ce sens, son ouvrage est appelé à faire référence (…). Avec 'La langue francaise, langue d'adoption', Véronique Porra a ouvert la voie et ne manquera pas de susciter de nouvelles vocations autour de cet ensemble riche qu'elle aura contribué à étayer la première." (Crysel Pinconnat, Revue de Littérature comparée 3-2012)

"V. Porra montre bien dans quelle histoire longue ils interviennent, et notamment dans quel débat contre le Nouveau Roman et ses émules, et de quelle manière ils font ainsi une alliance objective avec les défenseurs de 'convertis' (…) Les choses changent, donc, au moins un peu, sous la dictée du réel, sans que le débat sur la nation soit fondamentalement résolu; un essai comme celui-ci est plus qu'utile à cet égard, qui fait parfaitement le lien entre textualités, positions paratextuelles et postures contextuelles." (Pierre Halen, Études Littéraires africaines, Nr. 33, juin 2012)

"Un des mérites incontestables de sa démarche est le soin avec lequel est délimité le champ d'etude (…) Cette étude passionnante analyse, entre 1946 et 2000, le positionnement et la réception des romanciers francophones d'expression francaise issus d'espaces non francophones ayant volontairement choisi,sans contrainte liée à un contexte colonial (…) Il est (…) indéniable que nous avons ici une étude critique majeure qui ouvre de nouvelles perspectives d'analyses et amorce une véritable reconnaissance de l'apport des écrivains 'venus d'ailleurs' dans le champ littéraire francophone." (Marianne Bessy, French Review 86.6)

Particulièrement visibles et consacrés dans les années 1990, les romanciers d’expression française issus d’espaces non francophones sont depuis longtemps les bienvenus dans le paysage littéraire français. Ce phénomène ancien acquiert cependant une dimension jusque-là inégalée dans la deuxième moitié du Xxe siècle, et vient, pour de nombreux commentateurs, renforcer l’image idéalisée d’une France culturellement dominante et terre d’accueil privilégiée pour toutes ces « diversités », ces « singularités », ces voix par ailleurs opprimées.
Or, une étude systématique de ces textes et de leurs consécrations révèle que l’hospitalité française dont ils bénéficient n’est pas inconditionnelle. Bien plus, cette littérature « invitée » voire « désirée » par le lectorat et les instances de légitimation françaises, doit répondre à toutes sortes d’attentes, thématiques, formelles, voire, le cas échéant, idéologiques.
Cette étude entreprend de démontrer qu’au-delà d’un potentiel créateur indéniable, de nombreux auteurs ayant « adopté » la langue française comme langue de création sont avant tout soumis à de fortes contraintes, auxquelles ils répondent parfois en développant de véritables stratégies de positionnement, au risque, parfois, d’aliéner leur écriture.

***

Die seit den 1990er Jahren ganz besonders wahrgenommenen und gewürdigten Romanschriftsteller, die zwar auf Französisch schreiben, aber nicht aus frankophonen Regionen stammen, sind bereits seit langer Zeit in der französischen Literaturwelt willkommen. Dieses wohlbekannte Phänomen nimmt jedoch in der zweiten Hälfte des 20. Jahrhunderts ein bis dahin noch unerreichtes Ausmaß an und verstärkt bei zahlreichen Kritikern das idealisierte Bild Frankreichs als kulturell dominierende Nation und als privilegiertes Asylland für diese "vielfältigen", diese "eigenartigen", sonst unterdrückten Stimmen.
Eine systematische Studie der Texte und der literarischen Erfolge dieser Autoren zeigt hingegen, dass die französische Gastfreundschaft, die sie genießen, nicht bedingungslos ist. Die durch die Leser und die französischen Legitimations- und Konsekrationsinstanzen "eingeladene", sogar "gewünschte" Literatur muss allerlei Erwartungen thematischer, formeller und gelegentlich ideologischer Natur erfüllen.
Der Band macht deutlich, dass die Autoren, die die französische Sprache als Literatursprache angenommen haben, starken Einschränkungen unterliegen, die sie teils annehmen, indem sie bemerkenswerte Positionierungsstrategien entwickeln, durch die sie teils aber auch riskieren, ihren eigenen Schreibstil preiszugeben.